rencontres-cuisine-sante

Comment faire son propre composte à la maison ?

Les ordures domestiques s’accumulent et envahissent à une vitesse ahurissante l’espace de vie, et il n’est pas toujours aisé de savoir quoi en faire. Heureusement, il existe un moyen fort écologique pour recycler ces déchets. Il s’agit du compostage. Processus de fermentation et de transformation des déchets organiques sous l’action de l’eau, de l’air et de certains micro-organismes, il en résulte une matière hautement fertilisante, un engrais naturel pour les sols, appelé : compost. Pratique bénéfique en tout point : se débarrasser des ordures de manière simple et naturelle, enrichir la terre et donc, agir aussi pour l’environnement.

Sélection des déchets à composter

De plus en plus de personnes s’attèlent à la préparation du compost maison. Pour ce faire, il faut d’ores et déjà connaître ce qui est possible d’être composté. Les déchets concernés par le compostage sont les résidus de jardin comme les feuilles mortes… ainsi que les déchets de la maison tels les épluchures de fruits et légumes, les marcs de café… D’ailleurs, il est primordial d’éviter certains déchets comme les déchets d’origine animale (viandes, os, poissons), les déchets non biodégradables (plastiques) ou encore les mauvaises herbes.

Procédé de compostage

Avant toute chose, il faut savoir qu’il existe deux modes de compostage : soit en faisant un tas, soit en utilisant des bacs à compost. Que ce soit dans le premier cas ou le second, les déchets y sont ensuite disposés. Cependant, il ne suffit pas de mettre les déchets en tas ou dans les bacs n’importe comment ; en effet, il faut veiller à l’équilibre entre les déchets verts (pelures des fruits et légumes, les restes alimentaires…) qui sont riches en azote et fournissent l’eau ainsi que la nourriture nécessaire aux micro-organismes responsables de la décomposition, et les déchets bruns (feuilles mortes, coquille d’œuf…) qui sont riches en carbone et favorisent la circulation de l’air. Il faut les intégrer en alternance : une couche de matières vertes, suivie d’une couche de matière brune et ainsi de suite.

Secrets infaillibles de la réussite

Voici trois règles qu’il est indispensable de respecter pour un compost maison de qualité.

Premièrement, il faut retourner et mélanger régulièrement les déchets en cours de décomposition. Deuxièmement, il faut veiller à une aération optimale pour favoriser l’action des micro-organismes. Troisièmement, il est nécessaire que le compost soit constamment humide. Une mauvaise odeur est synonyme de manque d’aération, une absence d’odeur peut signifier un manque d’eau (arroser si c’est nécessaire). 

Tout au long du processus de décomposition, il faut donc exercer une surveillance régulière et assidue, afin d’aboutir dans une période de 6 à 12 mois après, le résultat escompté. 

Quitter la version mobile